Explorez le premier parc national d’Italie: le parc national du Gran Paradiso

Le parc national du Gran Paradiso est la version italienne de Yellowstone. Situé entre le Piémont et la Vallée d’Aoste, ce parc est le plus ancien parc national du pays. Il a été créé en 1922 pour protéger des espèces qui auraient autrement disparu, notamment le bouquetin, qui est aujourd’hui l’un des principaux symboles du parc.

Introduction

Le parc national du Gran Paradiso couvre une superficie de plus de 71 000 hectares autour du sommet du Grand Paradis, le seul sommet culminant à 4 000 mètres sur le territoire italien. Le parc abrite 168 espèces de faune, 1 124 espèces de flore, 59 glaciers et 183 lacs. Le parc est recouvert de nature, les zones urbaines ne représentant que 0,2% de la superficie du parc et seulement 300 personnes vivant sur son territoire. Le parc est entouré de 13 municipalités de 8 160 habitants riches en histoire et en culture.

Le Gran Paradiso offre de nombreuses possibilités de visites, avec 553 km de sentiers accessibles principalement issus du réseau d’anciennes routes de chasse royales. Ce territoire merveilleux et non contaminé est divisé en cinq vallées: Val Soana, Vallée de l’Orco, Val de Cogne, Val de Rhêmes et Valsavarenche.

VAL SOANA

Cette vallée étroite est riche en végétation en raison de la forte humidité atmosphérique tout au long de l’année. La vallée a les forêts de feuillus typiques, principalement composées de châtaigniers, le long des sentiers de la vallée, il est très facile de rencontrer des chamois et d’autres animaux qui peuplent les bois. Dans les villes de la vallée, vous pouvez toujours entendre le patois, un dialecte franco-provençal typique, et vous pouvez toujours rencontrer des gens vêtus de leur costume typique de la région toute l’année. Mais le joyau de la couronne de la vallée est l’Écomusée du cuivre, situé dans l’ancienne forge du hameau de Raro Canavese, dans le Castellaro, où l’ancien métier du traitement du cuivre est restauré. La structure date de la fin des années 1600 et les clients peuvent, sur demande, participer à des ateliers et à des activités où ils apprennent à battre et à façonner le cuivre.

VALLÉE DE L’ORCO

Le paysage est typique des vallées glaciaires de la région où l’action des glaciers au cours des millénaires est évidente. Dans cette vallée se trouve le Centre d’éducation à l’environnement (CEA), le seul centre d’éducation du parc, qui propose des ateliers et des visites guidés axés sur la préservation de l’environnement du parc. La vallée de l’Orco est parfaite pour faire des promenades, des randonnées et des itinéraires d’alpinisme en toute saison. À 3 heures de marche de Noasca, attend la magnifique Maison royale du Grand Piano restaurée par l’autorité du parc. À Ceresole Reale se trouve le centre d’accueil «Homo et Ibex», consacré aux relations entre l’homme et les bouquetins.

VAL DE COGNE

Le plus célèbre des vallées du parc, il offre le paysage unique des glaciers du Gran Paradiso. Dans la petite ville de Valnontey, vous trouverez le jardin botanique alpin Paradisia, qui vous invite à en apprendre davantage sur la floraison alpine et les plantes médicinales. Il y a aussi le magnifique centre historique de Cogne, où sont fabriqués des produits artisanaux tels que le fameux «tombolo», la dentelle de Cogne.

VAL DE RHÊMES

Rhêmes est une magnifique vallée au fond plat et typiquement glaciaire. Dans la ville de Chanavey, se trouve le centre d’accueil dédié au monde des oiseaux et en particulier au gypaète. Dans la même région, vous trouverez de nombreux sentiers de découverte de la nature et des sentiers d’équitation permettant aux visiteurs de voir la faune, la flore et les zones habitées de la vallée. Dans le village de Rhêmes-Saint-Georges, dans la basse vallée, les visiteurs peuvent visiter un centre équestre proposant des promenades à cheval et des activités pour les groupes et les enfants.

VALSAVARENCHE

Valsavarenche est la vallée la plus étroite et la plus intacte des vallées de la Vallée d’Aoste. Les visiteurs peuvent voir le pavillon de chasse royal d’Orvieille, qui a été restauré par le parc. Dans le district de Degioz, dans la municipalité de Valsavarenche, se trouve le centre d’accueil proposant une exposition sur les prédateurs du parc. Quelques kilomètres après Degioz, on peut voir une formation rocheuse de couleur rouge typique provenant de la déposition de sels de fer, qui a donné son nom à la petite ville des «Eaux Rousses».

La faune du parc national du Gran Paradiso

La faune a son emblème dans le bouquetin, symbole du parc et maintenant largement répandue dans le parc, en voie de disparition. Parmi les mammifères du parc, il est possible de rencontrer des chamois, des marmottes, des lièvres, des renards, des blaireaux, des chariots, des belettes et des martres. Il est également courant de rencontrer des oiseaux de proie tels que l’aigle, le gypaète barbu, la buse, la crécerelle, le foin moineau, l’autour des palombes, l’aigle et le hibou. Il existe également de nombreuses variétés de reptiles, insectes et amphibiens, tels que les vipères, le papillon Parnassius, les tritons et les salamandres.

Les environnements du parc

Le parc national du Gran Paradiso protège une région caractérisée principalement par un environnement alpin. Les montagnes ont été découpées et modelées par des glaciers géants et par des ruisseaux qui ont créé les vallées que nous voyons aujourd’hui.

Dans les forêts du fond de la vallée, les arbres les plus communs sont le mélèze, mélangé avec des épinettes, des pins cistres et plus rarement des sapins argentés. Plus haut sur les pentes, les arbres se déforment progressivement pour laisser place à de vastes alpages riches en fleurs à la fin du printemps. En montant même jusqu’à 4061 m du Gran Paradiso, seuls des rochers et des glaciers remplissent le paysage.

Un peu moins de 20% de la surface du parc est recouverte de forêts, qui sont très importantes car elles abritent un grand nombre d’espèces animales. De plus, dans de nombreux cas, ils constituent le seul système de défense naturel contre les dangers des événements hydrogéologiques naturels (glissements de terrain, avalanches, inondations).

Les sentiers du parc

Le réseau de sentiers qui traverse le parc s’étend sur plus de 500 km à travers les cinq vallées comprises dans la zone protégée. Les sentiers peuvent être utilisés pour la marche, la randonnée, le vélo, le ski et la raquette en hiver. La plupart des chemins proviennent d’anciens itinéraires de chasse du roi Vittorio Emanuele II du 19ème siècle. Les itinéraires permettent aux visiteurs d’explorer et de visualiser la région tout en apprenant grâce aux plaques signalétiques placées le long du parcours.

Il y a aussi le sentier des bouquetins alpins, long de près de 40 km, qui traverse des forêts denses, des prairies, des terrains pierreux et des lacs. Le sentier permet au randonneur de traverser certains des paysages les plus spectaculaires du parc et de découvrir le bouquetin alpin typique de la zone protégée. Six jours de marche et cinq nuits à haute altitude sont parfaits pour faire ce voyage fascinant, qui ne peut être effectué qu’en juillet et en août.