La Calabre, une région à explorer en partant du vin

La géographie, le climat, le paysage et l’histoire illustrent bien le lien profond et ancien entre la Calabre et le vin.

Dans l’Antiquité, cette région faisait partie d’Enotria, une région du sud de l’Italie dont le nom dérive du grec ôinos, qui signifie vin car la région était riche en vignobles luxuriants. Même de nos jours, la vigne est un élément constant qui caractérise l’ensemble du paysage de la Calabre, de la côte à l’arrière-pays. Il existe environ 11 000 hectares de vignes et une production de 400 000 hectolitres par an, dont 70% de vin rouge et 30% de blanc.

Les principales zones de production sont concentrées dans les provinces de Crotone, Cosenza, Catanzaro et Reggio Calabria, où sont situées neuf certifications DOP et neuf IGP. Parmi les cépages rouges les plus importants, nous avons le Gaglioppo, à base de Cirò Rosso, Rosato et Melissa Rosso et Magliocco Dolce, typique de la DOP Terre di Cosenza. Le « Greco bianco » est la principale variété de Cirò Bianco et participe à de nombreuses DOP, notamment à Bivongi et à Lamezia. Le Mantonico est l’autre grand blanc indigène en forte ascension.

Notre voyage en Calabre commence par les vignes autochtones racontées par certains des producteurs qui les font connaître dans le monde entier et qui deviendront également les ambassadeurs de cette région riche en beauté naturelle et artistique. Nous rencontrons Nicodemo Librandi, Flaviana Bilotti, Paolo Ippolito, Giovanni Benvenuto, et Mariolina Baccellieri.

Producteurs de vins:

Nicodemo Librandi et «Gaglioppo»

⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

Nos vins sont les ambassadeurs de notre terre et de notre culture, des idées qui trouvent leur accomplissement dans nos vignes et dans le dévouement que nous avons consacré à les cultiver.

Cirò DOC est originaire de Gaglioppo, l’une des plus vieilles vignes d’Italie. Le « Prince noir », comme on l’appelle dans notre pays avec son bouquet allongé de couleur intense entre les reflets bleus et noirs et rougeâtres vifs, identifie notre territoire à travers des vins tels que le Cirò Rosso, le Cirò Rosso Riserva Duca Sanfelice , le Cirò Rosato: des vins traditionnels, avec une véritable marque territoriale. Dans la région voisine de « Doc Melissa », toujours de Gaglioppo, nous produisons l’Asylie rouge, une manière différente d’interpréter ce cépage historique qui améliore son fruit et son plaisir immédiat. Enfin, du Gaglioppo, il y a « le Rosaneti », une méthode classique de rosé brut.

Lire Plus
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

Flaviana Bilotti et le Magliocco Dolce, une vigne redécouverte

⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

La ferme Serracavallo est située dans la municipalité de Bisignano, sur les collines surplombant la vallée de Crati, à 35 km de Cosenza. Il s’étend sur 55 hectares, dont 30 vignobles et 10 oliveraies. En 1995, le propriétaire, Demetrio Stancati, a entamé un travail de rénovation du vignoble en lançant une sélection minutieuse des vignes indigènes qui ont toujours existé à la ferme, telles que le « magliocco dolce » et le « pecorello », et a planté de nouvelles vignes internationales telles que le cabernet-sauvignon et chardonnay. Les vignes sont plantées avec 3300 plantes par hectare, cultivées avec un cordon éperonné ou en Guyot. La position à 600 m au-dessus du niveau de la mer, la plage de température élevée jour-nuit, la nature du sable granitique au sol, l’exposition sud-sud des vignes, une nouvelle cave à vin moderne dotée des technologies les plus modernes et un local de stockage en fûts les vins garantissent un produit de qualité. Posséder que des raisins avec 150 000 bouteilles de c.a. La philosophie de la société consiste à utiliser des mélanges de vignes indigènes et internationales dans les vins de base, tandis que, prenant de l’importance dans la gamme, le pourcentage de vignes internationales diminue jusqu’à disparition totale.

Le « Dolce Magliocco », une vigne indigène cultivée dans cette région depuis des siècles, avait disparu depuis la fin du XIXe siècle à la suite d’une vaste épidémie de phylloxéra. Depuis le milieu des années 1990, Demetrio Stancati et de nombreuses autres sociétés ont commencé une redécouverte minutieuse de cette magnifique vigne, d’une couleur et d’une structure suffisantes pour la rendre parfaite, même pour les vins de long vieillissement. De nombreuses tentatives ont été faites pour microfiltrer afin de comprendre la manière la plus correcte de le travailler.

Lire plus ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

Paolo Ippolito, Pecorello, une vigne ancienne mais très contemporaine

⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

Tradition et innovation … À partir de ces concepts, notre travail a commencé il y a 15 ans … Par la synthèse quotidienne de deux termes opposés et complémentaires, ainsi que de mes cousins Gianluca et Vincenzo, nous consacrons notre temps à l’art noble du vin. L’histoire récente des caves Ippolito 1845, la plus ancienne de Calabre, est marquée par notre retour progressif à l’entreprise au début du nouveau millénaire. À la fin de nos études universitaires, nous nous sommes immédiatement trouvés face au dilemme de savoir comment notre génération (la cinquième) pourrait contribuer au parcours de la société créée par notre famille. L’ancêtre Vincenzo, derrière plus d’un siècle d’histoire et d’illustres exemples d’oenologie pionnière : notre grand-père et ses fils Antonio et Salvatore se sont tous deux distingués par leur âge pour leur capacité et leur vision, transformant une petite réalité familiale en une entreprise structurée avec le temps.

Nous avons entrepris des études sur les anciens cultivars calabrais, oubliés et mis de côté, tout en investissant dans un travail ponctuel visant à améliorer la qualité des vins Cirò DOC. D’où le début d’un processus de replantation de plus de quatre-vingts pour cent de nos domaines, les vignobles en propriété couvrent aujourd’hui environ 100 hectares, tous situés dans la région classique du Cirò, remplaçant les systèmes de production actuels avec les formes les plus appropriées et adaptées à une production de qualité. Grâce à l’intuition et à la passion de mon cousin Gianluca, l’un des trois associés est celui qui s’occupe de la gestion des domaines et de la production, l’attention s’est portée sur le Pecorello, ancien cépage blanc semi-aromatique originaire du haut Savuto, vallée généreuse située à l’ouest de Cosenza. Aujourd’hui, notre « Pecorello » reçoit la consécration de nombreux guides nationaux et internationaux, du public et surtout de dizaines de collègues qui ont implanté la vigne rendue célèbre par notre vignoble.

Lire plus
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

Giovanni Benvenuto, le Zibibbo le « fruit des dieux »

⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

J’étais encore un enfant quand je me suis senti pour la première fois dans l’exaltation, comme seuls ceux qui l’avaient essayé, du goût et du parfum d’un raisin unique et décanté, pour sa délicatesse, dans des poèmes épiques comme « le fruit des dieux ». Le Zibibbo: d’abord greffé sur la côte calabraise tyrrhénienne par les Arabes en tant que le fruit de table, puis transformé en vin par les mains de ceux qui ont fait la Calabre connue sous le nom de « Enotria » (Terre du vin) dans le monde antique. Et c’est l’amour pour un vin qui fait écho à la couleur dorée intense du soleil, au goût et à l’odeur de la mer. Une tradition viticole malheureusement vouée à disparaître et que j’ai retrouvée,essayant de lui redonner le prestige qu’elle mérite et de la faire découvrir à ceux qui n’en connaissaient pas l’existence à travers la création du Présidium Slow Food. Et puis la découverte d’autres variétés indigènes, Malvasia, Greco Nero, Magliocco et Calabrese, expression authentique du territoire, dans laquelle il est possible de savourer le goût sauvage d’un territoire aux paysages suggestifs et passionnants. Un des rares endroits en Italie où seulement quelques minutes séparent la mer de la montagne. Les deux sont possibles. Les coups d’œil d’une intensité émotionnelle extraordinaire donnée par le baiser de la mer de cobalt aux collines verdoyantes.

Ma cave est née dans une province qu’elle méritait pour la beauté et les émotions que donne la dénomination de la « Costa degli Dei », où cette alchimie entre mer et montagne répand « tout » avec beauté. Un chemin unique qui part des beautés boisées, sacrées et artisanales offertes par le territoire non contaminé de Serra San Bruno, l’arrière-pays d’une beauté extraordinaire, à travers les bois, les lacs, les montagnes et les ruisseaux, conduit au plaisir des couchers de soleil ardents submergés par la brise marine de l’un des plus plages suggestives de Pizzo. Un joli petit village perché sur un tuf, réputé pour la transformation du thon et des truffes … aussi douce que pour les raisins de zibibbo. Un voyage historique qui, à travers les anciennes ruelles menant au château de Murattiano, en passant par les boutiques offrant les délices de la région, se termine à l’ancien Montenapoleone (aujourd’hui Vibo Valentia), riche d’un patrimoine culturel millénaire remontant à la Grèce antique.

Lire plus
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

Mariolina Baccellieri et le Greco di Bianco

⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

La Calabre est une terre de couleurs vives, où les montagnes embrassent la mer et où vous vous perdez dans une vue à couper le souffle. C’est un musée à ciel ouvert, à quelques kilomètres de distance, les témoignages de différentes cultures se proposent au visiteur de le ravir. Sur la côte ionienne de Reggio se trouve la ville de Bianco, qui s’est développée au cours du siècle dernier le long des rives de la mer Ionienne, où les Grecs antiques ont atterri il y a près de 3 000 ans, au milieu d’un territoire magique qui offre d’anciens villages perchés sur les collines comme Gerace, S. Agata del Bianco, Gallicianò, Pentedattilo, le parc archéologique de Locri Epizefiri, la villa romaine de Palazzi et plus de 700 Palmenti datant de l’âge du roc, une concentration égale à celle du reste de la région méditerranéenne.

Et c’est à Bianco que la société agricole Baccellieri est basée. L’histoire de cette société a des racines lointaines ; pendant des siècles, les biens de la famille ont été transmis de père en fils et ont été beaucoup plus étendus jusqu’au siècle dernier. J’ai grandi en entendant parler des cultures, non seulement de la bouche de mon père Enzo, mais de tous les oncles qui participaient pleinement à la gestion des propriétés, même si chacune d’elles avait ses propres activités professionnelles. Quand j’ai commencé à m’en occuper, à cause de la dégradation progressive de la santé de mon père, je n’avais pas imaginé que cela deviendrait une passion aussi accablante. C’est alors que j’ai compris ce qu’ils m’avaient transmis : un sentiment d’appartenance, respect de ceux qui m’avaient précédé, amour de leur terre, besoin de ne pas gaspiller un patrimoine économique, mais aussi un patrimoine affectif et culturel.

Tous les vins produits par la société sont aimés de la même manière, comme une mère avec des enfants, mais le Greco di Bianco a marqué un tournant important dans l’histoire de la société. Greco di Bianco et le passito aux origines anciennes qui a été le premier vin à être proposé de nouveau après des années d’oubli, la fierté de la production qui nous a procuré un palmarès d’honneur respectable.

Lire plus